Fonctionnement

Vidéos

Equilibre vie privée/vie professionnelle

Qu’est-ce que cela peut bien vouloir signifier au sein de notre collectivité ? Cela figure pourtant sur le projet ASPL (Avenir du Service Public Local) comme étant un des piliers de cette politique définie par l’Exécutif et pilotée d’une main de fer par notre Administration Générale. Mais en réalité, qu’en est-il après 3 ans de mise en place ?

Et bien… si les réorganisations de service et/ou de Direction s’enchainent à vitesse grand V, si la dématérialisation de la relation à l’usager fait de même, on s’aperçoit que les conséquences sont totalement contradictoires avec ce principe. Cela d’autant que la délibération du temps de travail (la CGT a voté contre), commence à aboutir à des propositions remettant en cause une organisation sur laquelle les salarié-e-s ont calé leur vie personnelle. Et là, sous prétexte de mieux gérer le travail, on balaye tout cela, sans tenir compte des aspirations des gens.

Cela fait longtemps que les politiques, sous différents prétextes, rognent l’organisation de la Vie privée. Un exemple : sous prétexte de faire de l’environnemental, on réduit de moitié les possibilités de parkings des agent-e-s… sans se soucier de l’existence de transports en commun, ou des conséquences sur la garde des enfants, ou encore des difficultés (et donc des risques) de circulation aux heures de pointes, en voiture ou à vélo d’ailleurs.

Maintenant, on va plus loin : des horaires décalés, l’organisation de permanences parfois non justifiées, des temps partiels menacés voir refusés, des cadres nous disant que la déconnexion est de moins en moins à l’ordre du jour, l’augmentation des remarques du style «vous n’avez qu’à habiter plus près… » (alors que les loyers en centre-ville sont devenus insupportables pour la plupart de nos collègues et contribuent à l'éloignement des agents) ou bien « si vous ne pouvez plus être disponible, faites autre chose… » … Et tout cela aboutit à l’accroissement du malaise des salarié-e-s, se répercutant ensuite, sur leur motivation.

La CGT en appelle à la responsabilité de nos élu-e-s, à un moment où les menaces pesant sur notre société deviennent réalité, et demande, qu’au-delà des beaux discours, cet aspect soit réellement pris en compte et que les moyens soient mis en œuvre pour faire vivre ce concept….

ÇA AUSSI, C’EST AMELIORER LES CONDITIONS DE TRAVAIL !